quinta-feira, 10 de setembro de 2015

«Retour de manivelle»: Michèle Morgan, vénéneuse blonde pour série noire

04/04/1995 à 04h28

SKORECKI Louis

CINE CINEFIL, 20h30, «Retour de manivelle» (1957)

Denys de la Patellière ne figure pas dans la longue liste des grands cinéastes français. C'est à tout le mieux un artisan, capable de bien faire son travail si on lui donne un bon scénario et des dialogues qui font mouche. En 1957, il a la chance de réaliser Retour de manivelle, une bonne adaptation (Audiard est aux dialogues) d'une excellente série noire homonyme de James Hadley Chase.

La nuit, un jeune homme sauve un ivrogne d'une voiture qui allait l'écraser. L'ivrogne se révèle être un riche homme d'affaires, Freminger, et son sauveteur, Robert Montillon va être engagé comme chauffeur. Peter Van Eyck joue Freminger avec son accent inquiétant et Daniel Gélin donne à Robert sa nonchalance juvénile.

La femme de Freminger, Hélène, c'est Michèle Morgan, dans un rôle vénéneux qui lui va à ravir. Elle essaye d'abord de congédier Daniel Gélin avant de décider d'en faire son complice. Morgan et Gélin savent, pour avoir vu le document, que Van Eyck s'est assuré sur la vie. Suicide excepté. Acculé à la faillite, il décide de se tirer une balle dans la tête. Il dit à Morgan: «Tu auras quelques heures, pas plus, pour maquiller mon suicide en crime.»

C'est alors que commencent les méandres d'une histoire glauque et compliquée dans laquelle Daniel Gélin et Michèle Morgan sont unis pour le meilleur et pour le pire. Le fameux «retour de manivelle» viendra surprendre le spectateur et lui filer les belles sueurs froides qu'il est en droit d'attendre.

LOUIS SKORECKI

Rediffusions: mercredi 5 à 15h55, jeudi 6 à 12h30, vendredi 7 à 1h10.


Nenhum comentário:

Arquivo do blog