segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Rude Boy de Jack Hazan. Arte, 23 h 00.

LOUIS SKORECKI 9 SEPTEMBRE 1997 À 09:30

Jack Hazan est un cinéaste rare dont on aime infiniment, ici, les trois seuls films connus à ce jour. Outre Rude Boy, Hazan a également signé A Bigger Splash, sur l'étonnant David Hockney, l'un des seuls peintres dignes de notre époque; et surtout une Lettre d'un cinéaste, jadis produite par Cinéma Cinémas dans sa collection du même nom sur France 2. Avec Rude Boy, réalisé dans son étonnant style de documentariste de fiction, Hazan met en scène Ray Gange, un jeune punk paumé tout juste sorti de son sex-shop misérable pour devenir roadie de Joe Strummer et des glorieux Clash d'alors (meilleurs live que les surestimés Sex Pistols), occupés à réinventer le monde dans leur néo-marxisme mâtiné de reggae urbain révolté. Ce film est incidemment le seul document intéressant sur l'histoire de ce mouvement punk que peu d'images ont réellement «documenté» (à part la Grande Escroquerie du rock and roll, de Julien Temple, alors simple étudiant en cinéma à Londres). Pour preuve de la lucidité désenchantée de Jack Hazan, un texte publié en 1987 par Libération dans Pourquoi filmez-vous? Extraits. «Il aurait été beaucoup plus facile de répondre à votre question, disons dix ans plus tôt. Maintenant, nous sommes entrés dans une période marquée par un changement profond, énorme: l'émergence de la philosophie "yuppie. Les cinémas d'art et d'essai un peu ringards (pas si ringards que ça) ont été rasés ou remodernisés pour laisser la place à des salles de projection chic et confortables où des jeunes gens et des jeunes femmes prospères contemplent d'un air sérieux la chose lisse que leur offre un homme de la pub. J'avoue m'être vendu à la pub. Elle donne un style de vie si confortable. Et pourtant, je n'ai pas cessé tout à fait de créer; cela signifie des "films: confectionner et donner corps à des idées faites avec un grotesque équipement technique pour produire dans une salle obscure un ordre étrange qui pétrifie de respect.» A l'époque, le cinéaste annonçait un nouveau projet de film. On n'a rien vu venir. Qui saura nous donner des nouvelles du trop rare Jack Hazan?

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog