segunda-feira, 14 de setembro de 2015

Tarass Boulba

LOUIS SKORECKI 6 JANVIER 2003 À 21:39

Ciné classic, 20 h 45.

Danielle Darrieux n'a pas vingt ans. Elle n'a jamais eu vingt ans. Ecervelée, éthérée, étourdie, elle traverse sa vie en semant des éclats de rire comme autant de diamants. Dans Tarass Boulba (Granowsky, 1935), fantaisie russe malmenée par le grand Harry Baur, elle a quel âge, Darrieux ? Dix-huit, dix-neuf, allez savoir. Avec les filmographies, il faut compter au minimum un ou deux ans de marge d'erreur. On pourrait demander à Vecchiali, le plus grand spécialiste au monde de Danielle Darrieux, celui qui n'a jamais cessé de l'aimer, envers et contre tout, mais on n'ose pas. Paul Vecchiali est triste. Il a ses raisons, de sales raisons.

Pour l'énième fois de suite (cinq, sept, douze ?), Vecchiali n'a pas eu l'avance sur recettes. On dira qu'on s'en fout. On dira que cinéaste, c'est un sale métier, et qu'il faut en choisir un autre si on est triste pour un oui, pour un non. L'honneur de la profession serait de pleurer avec Paul Vecchiali. L'honneur de la profession serait de ne pas retenir ses larmes et qu'elles coulent tellement que le ministre de la Culture soit en larmes lui aussi. Sait-il seulement que le dernier Darrieux, 8 Femmes, a eu l'avance sur recettes alors que si un film n'en avait pas besoin, c'était vraiment celui-là ? Le cinéma est fait des larmes de quelques grands artistes qu'on n'a pas laissé tourner et qui sont morts de tristesse, Bresson, Dreyer, Grémillon, Griffith. Le cinéma est fait des larmes amères de Petra von Kant, celles de Rainer Werner Fassbinder, le seul cinéaste à avoir fait des films de cinéma dans la seconde moitié du siècle dernier. Fassbinder, ça tombe bien, c'est le Vecchiali allemand. Il n'y a qu'un seul cinéaste qui se soit jamais approché de lui, avec sa troupe, avec ses émotions d'homme, avec ses larmes, c'est Vecchiali. Femmes femmes est le plus beau film français depuis la Nuit du carrefour de Renoir, il y a 70 ans. Il faut donner l'avance à Vecchiali, pour qu'il en fasse d'autres. Vite. Vite.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog