quinta-feira, 10 de setembro de 2015

The Late George Appley

LOUIS SKORECKI 6 OCTOBRE 2005 À 03:59

CINECINEMA CLASSIC, 19 heures

Jacques avait réellement disparu. Même Caroline ne savait pas où il était. Dommage, se disait-on en faisant la queue à Bercy pour voir un Mankiewicz. Qu'est-ce qu'en aurait dit Jacques ? Caroline ne répond pas. J'essaye de l'imaginer, il arrive, il est là. Drôle de couple, Toubiana-Berri, aurait-il dit ; Serge Toubiana, c'est la cinéphilie militante, Claude Berri c'est... Oui, c'est quoi ?, demande Caroline, un entrepreneur de spectacles ? Tu es bien gentille, je dis, Berri est un commerçant malheureux qui vend son malheur en service après-vente. Son livre est une horreur, dit Caroline. Oui, mais tout le monde dit que c'était un chef-d'oeuvre, je réponds. Bizarre, non ? Toubiana aussi est doué pour le malheur, dit Caroline. Je ne dis rien. Elle sait que j'aime Toubiana, que je déteste Berri. Jacques aurait été plus incisif que toi, dit-elle, il aurait été plus précis.

Sur ce Mankiewicz, il aurait dit quoi ?, demande Caroline. Sur The Late George Appley, je n'ai pas besoin de lui, je réponds, je connais le film par coeur. Je l'ai vu il y a plus de trente ans, quand il était encore inédit. C'est quoi, ce titre ?, demande Caroline, «Un mariage à Boston», c'est nul. Oui, ils auraient pu trouver mieux. C'est quoi, le film ? demande-t-elle. Scénario de Philip Dunne, je réponds, photo de Joseph La Shelle. Pas mal, elle dit, mais l'histoire ? Ronald Colman et Peggy Cummins, ça te va comme histoire ? Elle s'énerve. Jacques aurait été mieux que toi, elle dit. The Late George Appley, fait une petite voix, c'est l'histoire d'un homme immobile, C'est monsieur Bruno, on ne l'a pas vu venir. Aveuglement, lyrisme, conservatisme, c'est ce qu'on fait de mieux, il ajoute. Mieux qu'On murmure dans la ville ?, je demande. Non, répond-il, ça, c'est le plus beau Mankiewicz, Fox vient de le sortir en DVD dans une version sublime. Vous regardez des DVD, monsieur Bruno ?, demande Caroline. Drôle de type quand même.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog