quarta-feira, 2 de setembro de 2015

The Man From Planet X

LOUIS SKORECKI 19 AVRIL 2005 À 01:50

La scène se passe près de Beaubourg. Trois garçons s'engueulent dans un café sans faire attention aux clients qui les regardent. Le plus jeune, 20 ans à peine, est celui qui parle le plus fort.

Le film va commencer. On y va.

On a le temps.

Tu crois que ça va être bien ?

Ulmer, c'est toujours bien.

C'est qui Ulmer ?

Tu ne connais pas Edgar G. Ulmer ?

Non.

Une série B, tu sais ce que c'est ?

Oui, quand même.

C'est quoi ?

Laisse-le tranquille, il sait ce que c'est.

C'est un film à petit budget, c'est ça ?

Et une série Z, tu sais ce que c'est ?

Non.

Tu vas au cinéma ?

Laisse-le tranquille.

Une série Z, c'est encore plus fauché qu'une série B. Tu comprends ?

Ulmer a théorisé la série B. Il est le seul.

Le seul à quoi ?

Le seul cinéaste qui se soit expliqué sur son goût des petits budgets.

Il disait quoi ?

Qu'il avait plus de liberté.

C'est vrai ?

Evidemment.

Pas sûr. Tu crois qu'il aurait refusé un gros budget ? On ne lui en proposait pas, c'est tout. Comme il était orgueilleux, il s'était fait une raison.

Il avait théorisé ses choix ?

Il avait théorisé sa vie.

Pas d'accord. Il a été très tôt célèbre en Allemagne. Il avait travaillé avec Murnau. Il aurait pu tout avoir.

C'est quoi The Man From Planet X ?

Une merveille d'économie. Six jours de tournage. Spielberg n'en dort plus.

Pourquoi ?

C'est E.T. réussi.

En 1951, en plus.

Le style ?

Ambiance aquarium, fidélité à Murnau. C'est Lourcelles qui le dit.

Ça a l'air bien. On y va, le film va commencer.

SKORECKI Louis

CINEBOX FX, 21 heures

Nenhum comentário:

Arquivo do blog