segunda-feira, 14 de setembro de 2015

The Servant

LOUIS SKORECKI 15 SEPTEMBRE 2005 À 03:41

CINECINEMA CLASSIC, 20 h 45.

Traîner à la Cinémathèque a du bon, dit monsieur Edouard. Pas d'accord, je réponds, ça ne sert plus à rien. Monsieur Edouard sait tout ça par coeur, il regrette lui aussi ces temps heureux où la cinéphilie n'existait pas encore. La cinéphilie n'existait pas, dit-il, mais des groupes de précinéphiles erraient dans les rues à la recherche du film qui les réconcilierait avec eux-mêmes. On cherchait le film, poursuit-il, pas le cinéaste qui se cachait derrière. J'essaye de lui parler de ces allumés de Présence du cinéma, je ne sais plus si c'était Marc Bernard, Simon Mizrahi ou Pierre Rissient, ces garçons élégants qui couraient les Losey, quand soudain monsieur Edouard me coupe la parole. C'est Rissient, j'en suis sûr, il a écrit un livre génial sur Losey. Je lui réponds que je sais tout ça par coeur (Editions universitaires, 1966, épuisé), mais il continue à parler du génie oublié de Losey. Ça m'énerve tellement que je rentre chez moi. Il reste sur le trottoir.

Drôle de type, ce Losey, tu ne trouves pas ? C'était Jacques, il m'avait vu arriver avec le livre de Rissient sous le bras. J'étais encore énervé, je lui réponds qu'il ne s'agit pas d'aimer ou non Losey, mais de faire avec. Qu'est-ce que tu veux dire ? me demande Jacques. Je dis ce que je dis, ne me demande rien d'autre, je n'en dirai pas plus. Ça lui a coupé le sifflet. Lui d'habitude si disert, il reste bouche bée. J'ai pitié de lui. Où se situe la fracture chez Losey ? je lui demande. Il répond du tac au tac que c'est dans The Servant, mais il ne sait pas pourquoi. A cause du scénario de Pinter ? hasarde-t-il. Non, je réponds, ça, c'est la thèse de Lourcelles. Le génie de Losey est plus étrange, on ne sait pas d'où il vient. Un silence gêné s'installe entre nous. Losey, je dis finalement (même avec un acteur aussi limité que Dirk Bogarde), c'est Brecht plus Hollywood. Et je plante Jacques sur le trottoir. Il n'a pas compris ce qui lui arrivait.

(A suivre)

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog