quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Violence et Passion. Ciné-cinémas, 22h15.

LOUIS SKORECKI 1 JANVIER 1997 À 16:38

Visconti est-il le grand cinéaste que la plupart des critiques admirent avec un rien de démesure? On peut discuter indéfiniment pour savoir si Ossessione, son premier film de 1942, invente ou non une sorte de néo-réalisme policier qui précède les fulgurances de Rossellini. On peut aussi se fatiguer du lyrisme documentaire de la Terre tremble (1948), s'énerver de la mièvrerie sentimentale de Bellissima (1951), rester insensible à la sensualité datée de Senso (1954). On peut surtout refuser la fascination ambiguë pour les garçons, telle qu'elle s'exerce dans Rocco et ses frères (1960), dans le Guépard (1963), dans les Damnés (1969), dans Mort à Venise (1971), et dans le pompeusement kistch Louis II de Bavière (1972).

Mais même si l'on reste insensible à ce mélange de sexualité idéalisée (l'attrait qu'un riche bourgeois, comme l'était l'aristocrate Visconti lui-même, peut ressentir pour un adolescent prolétaire, comme Delon en boxeur si beau dans Rocco), on ne peut que s'émerveiller de la perfection inouïe des deux derniers films que Visconti tourne en 1975 à l'âge de 70 ans, quelques mois avant de mourir: Violence et passion et l'Innocent.

Si certains critiques très pointus préfèrent l'étrangeté frigide de l'Innocent, d'autres s'émerveillent plutôt de la sexualité sublimée de Violence et passion, peut-être le plus abouti des films homosexuels de l'histoire du cinéma.

A partir d'une idée de scénario plutôt facile (un vieil aristocrate héberge dans son palais une marquise et son jeune amant), Visconti ose des plans de passion paranoïaque littéralement inimaginables entre le vieux professeur (génial Burt Lancaster) et le garçon qui loge à l'étage au-dessus (Helmut Berger). Silvana Mangano est cette femme impossible qui surgit entre deux hommes qu'aucun amour charnel ne réunira jamais. Effroi devant l'amour homo, la vieillesse, la mort, Violence et passion est en même temps étonnant d'allégorique sensualité, à l'image lacanienne de l'impossible passage à l'acte.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog