quarta-feira, 2 de setembro de 2015

Violence et Passion

LOUIS SKORECKI 7 OCTOBRE 2002 À 01:18

Cinétoile, 22 h 50.

Quand il s'agit du froid de l'amour, du froid du cinéma, du froid de la mort, il semble que seul Fassbinder s'y soit risqué. Il s'est brûlé à ce froid-là, à cet amour-là, à ce cinéma-là. La fulgurance travestie, démesurée, de l'un des chef-d'oeuvre fassbinderiens, l'Année des treize lunes, nous le rappelait il y a deux jours sur Ciné Cinéma Auteur. Fulgurance ahurie qui fait trembler sur ses bases la petitesse du petit écran. Fassbinder prend Sirk là où Sirk s'est arrêté, au seuil de l'église des larmes, des larmes aveugles, des larmes-cathédrale, et il fait rentrer ces larmes-là au-dedans des yeux des pleureurs et des pleureuses. Il en fait des rides de bordel contemporain, version Habitat. Sirk, Fassbinder : l'émotion mise à mort au seuil de la mort, par ses célibataires mêmes.

Un autre cinéaste faisait ça au même moment ­ faire trembler un jeune homme comme seul un vieillard a appris à le faire ­, Luchino Visconti. Oui, oui, Visconti. Le prince des dorures pédophiles et du rococo perroquet, des dentelles vierges et des regards en biais, l'alchimiste libidineux. Tout arrive, même l'improbable. Visconti a fini par apprendre à filmer. Ça lui a pris du temps, mais il a appris. Avec son ultime et formidablement désuet l'Innocent, et plus encore avec son avant-dernier film, Violence et Passion, Visconti est devenu cinéaste. Un cinéaste fassbinderien, sirkien, authentique. Un vrai tragique, en un mot.

C'est quoi, Violence et Passion ? A partir d'un argument plutôt mince (un vieil aristocrate héberge dans son palais une marquise et son jeune amant), Visconti ose des plans d'une paranoïa et d'une violence rarement atteintes au cinéma. Entre le vieux professeur de noble lignée (Burt Lancaster, travailleur retraité du trapèze qui n'a cessé d'avoir, au fond des yeux, le regret de ses étreintes passées avec son acrobate d'amour, Nick Cravat) et le gigolo qui loge à l'étage au-dessus (Helmut Berger), une attirance interdite se fait jour. Secrète, douloureuse, sublimée, merveilleusement masturbatoire. La belle Silvana Mangano est cette femme qui surgit à l'improviste entre deux hommes qui ne se frôleront jamais, sinon du regard. Effroi d'amour d'un homme pour un autre, sensualisme allégorique, terreur devant l'impossible caresse. Une féerie de frissons en chambre, filmée par un cinéaste à genoux, tremblant.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog