segunda-feira, 7 de setembro de 2015

Voyeur

LOUIS SKORECKI 8 OCTOBRE 2002 À 01:20

Cinéstar 1, 22 h 30.

Julie s'était acheté un sac d'un rouge éclatant sur les Grands Boulevards, juste en face de la Cinémathèque. Gaston marmonnait, elle l'entendait à peine.

Julie. ­ Tu as dit quoi ? La matérialisation du monde ?

Gaston. ­ Non. La Matellisation du monde, ce moment de grâce régressive très SADien (Syndrome d'Adolescence Durable), pour reprendre la belle expression de Stéphane Bouquet dans l'avant-dernier numéro des Cahiers, où l'héroïne d'un film devient une poupée Barbie.

Il avait dit ça si sérieusement. Elle ne savait qu'en penser. Ils faisaient la queue pour revoir le Voyeur. Ils avaient été tellement sidérés, il fallait qu'ils y retournent.

Gaston. ­ Je pense au Voyeur. Pas celui de Michael Powell, l'autre, ce truc qu'on a vu il y a deux ou trois ans, le remake franco-canadien de Mortelle Randonnée avec Ashley Judd et Ewan McGregor.

Julie. ­ Ah non. Pas ce navet.

Gaston. ­ Tu as tort. Le cinéma, aujourd'hui, c'est Matisse et papier peint, si tu veux mon avis, un art maniériste, mais c'est tout ce qui nous reste. Je suis passé moi aussi à côté de Voyeur la première fois. J'ai eu tort, j'en suis sûr. Tu es ma Barbie, partons pour les territoires sanglants du rêve. Ton sac, là, il est saignant, non ?

Julie. ­ Il est rouge, c'est tout.

Gaston. ­ Saignant. Il est saignant.

Julie. ­ Toi, tu n'es pas bâti comme Ken, en tout cas.

Gaston. ­ La sublimation, tu connais ?

Julie. ­ Tu m'énerves. Qu'est-ce qui te plaît exactement dans Voyeur ?

Gaston. ­ Son inexistence, sa mièvrerie, ses arabesques désirantes. Ewan McGregor rêve d'une poupée sanglante, et il fait tout pour l'avoir. Il l'aura, évidemment. Elle est rouge, je te dis pas.

Julie. ­ Elle est juste couverte de peinture.

Gaston. ­ Ashley Judd, c'est ce qu'on fait de mieux comme Barbie. Une moue de lassitude sur les lèvres, des cernes de jeunesse. Elle se caresserait sous les draps, ça ne m'étonnerait pas.

Julie. ­ Si je me rappelle bien, c'est Ewan McGregor qui se tripote en la regardant.

Gaston. ­ Tu n'y comprends rien. Voyeur est un chef-d'oeuvre de Matellisation précoce.

Julie. ­ Avance. La queue se met en route.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog