quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Baby Doll. Ciné Cinéfil, 21h55.

Par Louis SKORECKI — 2 décembre 1996 à 03:40

Grâce à l'épopée qu'il raconte dans America, America, on imagine un peu comment la famille d'Elia Kazan a quitté la Turquie pour rejoindre les Etats-Unis. Né en 1909 à Constantinople, il a 4 ans quand il arrive à New York. Il est acteur et metteur en scène de théâtre et connaît un triomphe avec Un tramway nommé désir de Tennessee Williams dont il fera quelques années plus tard son premier vrai film personnel. Mais ce qu'on retient surtout de son passé théâtral, c'est la fondation avec Cheryl Crawford du célèbre Actor's Studio. On peut dire aujourd'hui que la plupart des films de Kazan ont les défauts et les qualités de cette école de théâtre: emphase, intériorité souvent artificielle, lyrisme, audace.

Kazan forme le jeune Marlon Brando à cette discipline un peu trop théâtrale et fait de lui une star avec Un tramway... (1951), Viva Zapata (1952) et Sur les quais (1954). On peut préférer le jeu plus nuancé de James Dean dans A l'est d'Eden en 1955. Kazan oublie ses outrances en 1960 dans un chef-d'oeuvre de classicisme, le Fleuve sauvage, mélodrame somp- tueux avec le plus beau couple d'amoureux du cinéma, Lee Remick et Montgomery Clift. L'année suivante, il fait presque aussi bien avec la Fièvre dans le sang. Cela ne fait pas oublier qu'il a dénoncé ses amis communistes devant la sinistre Commission des activités antiaméricaines, une trahison qui marqua à jamais sa vie et sa carrière.

En 1956, Kazan adapte pour la seconde fois Tennessee Williams dans une histoire tordue d'amour et de jalousie. Carroll Baker est la Baby Doll du titre américain, une gamine de 20 ans qui se refuse à son mari ruiné (Karl Malden). C'est une comédie sinistre entre une Lolita vieillie, un fermier délirant et un immigré italien venu se venger (Eli Wallach). Dégénérescence des anciens riches du Mississippi sur fond rural presque documentaire. Si l'attrait du théâtre ne l'avait pas égaré, Kazan aurait pu faire de Baby Doll un chef-d'oeuvre de paranoïa et d'amour fou. Il en reste des éclats lumineux au milieu d'un trop-plein de grimaces et de minauderies expressionnistes.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog