quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

«Culte ou pas, c'est le public qui décide».

Par Louis SKORECKI — 10 février 1997 à 21:48

L'avis du directeur de la programmation de M6.

Philippe Lornac, le jeune directeur de la programmation de M6, s'explique sur la politique de multi-diffusion, un rien paresseuse, des séries sur sa chaîne. «Si on repasse sans arrêt une série comme la Petite maison dans la prairie, c'est qu'il s'est créé depuis plusieurs années un vrai public d'amateurs avec une nouvelle culture, presque érudite, qui ne manque pas, par exemple, de nous écrire si nous manquons de rediffuser tel ou tel épisode et qui nous dit, «Attention, vous avez manqué celui-là!» Depuis dix ans, ces habitués ne se lassent pas de revoir la Petite Maison en famille, à l'heure du déjeuner, avec les enfants qui rentrent de l'école et si on essaye de remplacer leur série favorite par Docteur Quinn, par exemple, qui marche plutôt bien , ils nous inondent de lettres de protestation. Ce phénomène, qui nous a beaucoup étonnés, se produit aussi pour Amicalement vôtre ou Chapeau melon et bottes de cuir (même les épisodes en noir et blanc) ou encore le Magicien, sans cesse rediffusés depuis des années. En revanche, il ne se produit pas avec Star Trek par exemple, où l'on assiste à un phénomène de rejet. Le public décide pour nous de ce qui sera «culte» ou pas. Nous, on ne le sait jamais à l'avance, même si on peut d'ores et déjà dire que X Files, diffusé déjà trois fois, appartient à cette famille de séries qui ne sont jamais «usées» et que nos spectateurs n'arrêtent pas de redemander».

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog