quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Dangerously Yours. Ciné Cinéfil, 20h30.

Par Louis SKORECKI — 27 novembre 1996 à 00:56

Né en 1897, Malcolm Saint-Clair s'essaye d'abord avec un grand succès au journalisme et à la caricature. Il a moins de vingt ans quand il rejoint Mack Sennett à Hollywood. Après une courte expérience d'acteur comique, il devient metteur en scène pour Sennett, qu'il quitte pour coréaliser en 1919 deux très beaux courts métrages avec Buster Keaton, The Goat et Blacksmith. Il attendra cinq ans avant de signer son premier long métrage, dédié à la gloire du célèbre chien Rintintin. En 1925, les critiques américains accueillent avec ferveur Are Parents People? Cette comédie sophistiquée fait même de lui, pendant un temps, le rival annoncé de Lubitsch.

Malcolm Saint-Clair n'aura jamais en France la réputation que les journalistes d'outre-Atlantique lui ont faite. Il triom-phe en 1925 avec The Grand Duchess and the Waiter, une comédie légère. Suivront d'autres succès en 1926 (The Popular Sin) et en 1928 (Gentlemen Prefer Blon-des, dont Howard Hawks tournera le remake). L'année suivante, Saint-Clair signe son meilleur film, The Canary Murder Case, un polar dédié à la beauté de Louise Brooks. Le parlant est moins favorable à ce cinéaste de l'ellipse qui terminera son oeuvre en dirigeant quatre aventures de Laurel et Hardy.

En 1937, Saint-Clair tourne Dangerously Yours, un drôle de film insituable qui mélange thriller et comédie. Il y retrouve son sens du rythme qui l'a rendu célèbre. L'essentiel du film se passe sur un paquebot entre Paris et New York. Plusieurs bandes de gangsters essayent, semble-t-il, de s'emparer d'un diamant d'une grande valeur baptisé Omar. Un faux Sud-Américain joué avec panache par Cesar Romero sem-ble être le plus doué de ces voleurs. Il courtise une richissime écervelée (Phyllis Brooks) qui ne cesse de se refuser à lui. Un suspense bien mené nous fera découvrir que la belle Américaine est en fait le chef d'un gang international, tandis que Cesar Romero est un flic. On se doute que l'amour réunira in extremis les deux vedettes de ce polar mondain.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog