quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

L'amour n'est pas un jeu

Par Louis SKORECKI — 13 novembre 1996 à 01:37

Ciné Cinéfil, 20h30.

On peut regretter que John Huston ne soit pas un grand styliste comme Tourneur ou Hitchcock mais son oeuvre inégale est quand même attachante. Fils d'un très grand comédien méconnu, Walter Huston, il fait plusieurs métiers dans sa jeunesse et n'oubliera jamais, dans Fat City, un film crépusculaire et tardif, qu'il fut boxeur. Ses talents de scénariste sont remarqués chez Walsh, Wyler, Litvak, Dieterle, Hawks. Il a 36 ans quand il signe en 1941 son premier film, le Faucon maltais. C'est la troisième version du roman de Dashiell Hammett et c'est un coup de maître dont les ellipses sont restées célèbres. Superbe performance d'Humphrey Bogart qui sera pour plusieurs films le prototype du héros hustonien.

Le cinéaste va échafauder une oeuvre pessimiste et ludique avec un style heurté et baroque qui change d'un film à l'autre. Il renouvelle avec talent le western dans le Trésor de la Sierra Madre où ses thèmes favoris, l'échec et la dérision, sont explorés pour la première fois. Mais c'est en 1951 que le cinéaste signe son chef-d'oeuvre, The African Queen, un dérisoire mélodrame dominé par la performance de ses deux vedettes, Humphrey Bogart et Katherine Hepburn.

Mais Huston peut aussi bien bâcler des films comme il le fait après African Queen dans deux navets comme Moulin rouge ou Beat the Devil. Si les Misfits ou la Nuit de l'iguane ont bien vieilli, on se rappellera surtout des Gens de Dublin, oeuvre ultime et modeste au ton classique et apaisé.

En 1942, Huston signe son troisième film, L'amour n'est pas un jeu (In This Our Life), un médiocre mélodrame taillé sur mesure pour Bette Davis. Elle y interprète une femme volage qui quitte son mari pour son beau-frère. L'histoire se passe dans le Sud des Etats-Unis, dans une famille presque aristocratique. Bette Davis écrase une petite fille et accuse un jeune Noir pour ne pas aller en prison. Son crime ne restera pas impuni.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog