quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Le nettoyeur. France 3. 23h10.

Par Louis SKORECKI — 20 janvier 1997 à 15:44

Même si la Dernière séance ne programme plus que de joyeux nanars, elle permet de temps à autre de faire le point sur un cinéaste oublié. On peut rater ce soir le western en VF qui ouvre les cérémonies, Six Chevaux dans la plaine (1961), scénarisé par le médiocre Burt Kennedy et réalisé par Harry Keller, un cinéaste dont la cote auprès des cinéphiles diminue au fil des ans. Certes, c'est un inédit mais seule la prestation typée de Dan Duryea le sauve de l'ennui. On s'attachera plutôt, aux alentours de 23h, à la VO de Destry (le Nettoyeur), une bonne surprise de1954 signée par le vétéran George Marshall. Les deux films ont en commun un acteur identique, Audie Murphy, ex-combattant le plus médaillé de la guerre, un comédien assez fade qui n'eût jamais en France le succès curieux que les USA lui firent. Patrick Brion lui-même reconnaît qu'Audie Murphie ne fût très bon qu'une seule fois dans sa carrière, dans le très curieux film du méconnu Jack Arnold, Une balle signée X, où il jouait un tueur à gage que son visage poupin rendait plus étrange encore. Avec ses seconds rôles pittoresques (Edgar Buchanan, Wallace Ford, Thomas Mitchell), le Nettoyeur est un western efficace basé sur une idée plutôt rigolote, celle de faire d'Audie Murphy , annoncé comme un tueur, un garçon plutôt efféminé qui ne porte jamais d'arme. On verra, à mesure que le film avance, que ce vieil Audie sait tirer son revolver de son étui quand l'action le demande. George Marshall, qui tourna en 1939 un joli Destry rides again presque homonyme avec Marlene Dietrich au sommet de sa beauté technicolor, est né en 1891 et sa carrière court allégrement sur plus d'un demi-siècle, de 1916 à 1969 exactement. Capable du meilleur comme du pire, cet artisan hollywoodien qui fit tourner Laurel et Hardy, WC Fields, est au meilleur de sa forme quand il mélange le burlesque au sérieux comme dans The Sheepman avec son acteur fétiche, Glenn Ford, dans lequel il raconte la curieuse saga d'un éleveur de moutons au pays des bêtes à cornes.

Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog