quarta-feira, 2 de dezembro de 2015

Une poste à La Courneuve. Planète,22h, docu. Travolta et moi. Arte, 21h40, film. Friends et Seinfeld. Jimmy, 21h45 et 0h35, séries.

Par Emmanuel PONCET , Isabelle POTEL et Louis SKORECKI — 8 février 1997 à 21:51

Une poste à La Courneuve

Planète,22h, docu. Le bureau de poste, comme nombre de services publics (commissariats, hôpitaux...), est un lieu béni pour les documentaristes. C'est un lieu de conflits (clients/guichetiers, citoyen/Etat...), de transaction (financière, humaine), qui fournit une matière presque systématiquement intéressante pour peu qu'on prépare le terrain correctement (repérages), qu'on choisisse un endroit pertinent (ici une banlieue) et qu'on tourne longtemps. La réalisatrice Dominique Cabrera s'est donné ces moyens-là pour créer une sorte de «friction documentaire»: des salariés «à statut», fragiles mais payés correctement, se heurtent, côtoient, rabrouent, sympathisent avec des chômeurs, des rmistes, des gens modestes; ces derniers sont confrontés quotidiennement à la machine réglementaire qu'est la Poste. L'intention est claire: montrer ce bureau de La Courneuve comme un poste avancé dans une société socialement malade.

Travolta et moi

Arte, 21h40, film. La rediffusion indispensable de la formidable série de Chantal Poupaud Tous les garçons et les filles de leur âge culmine ce soir avec le très étrange Travolta et moi de Patricia Mazuy. Au moment où cette série est célébrée au MoMA de New York, l'épisode Mazuy montre à nouveau sur petit écran ses troubles attraits. A partir d'une histoire d'amour seventies entre une minette et un beau blond bressonien, le film bascule dans un délire ultranaturaliste post-Pialat. La minette laisse brûler la boulangerie familiale pour ne pas rater son rendez-vous avec ce garçon plus âgé qui cite Nietzsche et qui va la faire sortir, brutalement, de son univers bercé par les Bee Gees (Stayin' Alive, How Deep Is Your Love?). Grâce à la coproduction avec Sony Music, on passe par de somptueuses pauses musicales (Miss You par les Rolling Stones, Joey par Dylan, Et si tu n'existais pas par Joe Dassin) pour déboucher sur une leçon de patinage fulgurante. Le White Riot des Clash annonce à la fin qu'un monde nouveau commence.

Friends et Seinfeld

Jimmy, 21h45 et 0h35, séries. Où en sont les carrières respectives de nos protagonistes (dont on n'arrive jamais à se rappeler les noms)? Entre la chanteuse à la voix de casserole, le paléontologue pris de frénésie reproductrice, le jeune acteur télégénique viré de son feuilleton, etc., tout va, comme d'habitude dans la bande de Friends, mal et bien, chienne de condition humaine et humour barre-balles (avec double revêtement en Téflon) garanti. Friends offre un bon modèle de traitement existentiel par la dérision (avec répliques standard utilisables dans toute sorte de circonstances) . Il est fortement conseillé d'essayer: avec un petit effort mimétique, ça marche pas mal. Enchaînez plus tard avec Seinfeld, autre succès phénoménal aux Etats-Unis: quatre célibataires new-yorkais (dont une femme) capables d'ergoter à l'infini sur le meilleur itinéraire pour aller à Brooklyn en métro, le bon usage des Coton-Tige ou bien les mérites comparés des orgasmes féminins ou masculins. A ce tarif-là, la série a de beaux jours devant elle.

Emmanuel PONCET , Isabelle POTEL , Louis SKORECKI

Nenhum comentário:

Arquivo do blog