sexta-feira, 29 de agosto de 2008






« ... Mais en somme, pourquoi se fût-il soucié de l'espace? Un homme et une femme déshabillés à l'antique, des palmes balancées, une passion simple lui suffisaient pour établir dans l'ordre des gestes un équivalent des fresques égyptiennes, d'où la perspective est absente, non le coeur. »

Michel Mourlet, Hommage à Cecil B. DeMille, Cahiers du cinéma n°97, julho 1959

Nenhum comentário:

Arquivo do blog