quarta-feira, 5 de novembro de 2008

Quant à la méthode, elle est simple; encore faut-il s'y tenir. Ne montrer d'une chaîne d'événements que l'indispensable à son déroulement et sa compréhension; le montrer de la façon la plus directe; toujours rester lié au centre. Construire, en d'autres termes, une architecture dont la beauté globale naisse de l'exactitude du rôle attribué à ses parties.

Michel Mourlet, Une lucidité virile, em Présence du Cinéma n° 13, maio 1962, p. 3

---

Chaque état n'est qu'un moment du mouvement et s'abolit dans le moment suivant: le film se détruit à mesure qu'il se construit et efface sa trace derrière lui. Chaque élément est indispensable à l'ensemble sans exister en soi.

Michel Mourlet, Trajectoire de Fritz Lang, em Cahiers du Cinéma n° 99, setembro 1959, p. 19-24

---

E ainda tem quem opõe escolarmente a parte ao todo, o que em cinema é simplesmente uma falácia.

A parte é um todo - entre vários, é claro, mas de qualquer forma um organismo completo, com uma respiração que lhe é própria e capaz de um enlevo que lhe particularizará; que, em outras palavras, lhe garantirá certa autonomia.

Um comentário:

Anônimo disse...

Toujours bonnes et précises, toujours valables ces "définitions" mourletiennes
Miguel Marías

Arquivo do blog