terça-feira, 25 de agosto de 2015

After Hours.

12/04/2004 à 00h12

Cinécinéma succès, 00 h 05.

SKORECKI Louis

Scorsese, tu connais ? Rarement cinéaste a aussi peu fait corps avec le cinéma. Qui est ce corps qui ne filme que pour la frime ? A croire que ce n'est pas son métier, tant il s'acharne à ne pas l'apprendre. S'acharner avec autant d'énergie à ne pas faire de progrès, ça le rend presque sympathique, tu ne trouves pas ?

­ Tu ne vas pas te faire des amis si tu attaques l'âne Martin dès lundi. Pour beaucoup, c'est Monsieur Cinéma.

­ Tu n'as pas encore compris que le cinéma et moi, ça faisait deux ?

­ Pourquoi pas trois ?

­ Je ne crois pas au Saint-Esprit.

­ ????!!!!????

­ Depuis la mort de Paradjanov, qui essayait de tuer le cinéma comme il pouvait, il n'y a plus d'esprit saint, plus rien à tuer.

­ Et Godard ?

­ Tu veux rire ? On ne peut pas chanter et se toucher à la fois. Des fois, je me demande s'il ne chante pas plus faux que Scorsese depuis qu'il s'est mis à Mozart.

­ Je ne suis pas d'accord. Je trouve que Godard est un grand musicien.

­ C'était vrai il y a trente ans. Scorsese est né si petit qu'il ne peut plus rétrécir. Mais Godard est né si grand qu'il semble se ratatiner à vue d'oeil.

­ Et After Hours ?

­ Chef-d'oeuvre absolu. Le vide multiplié par le vide, c'est sacrément plein, non ?

­ ????!!!!????

­ ça ne parle de rien, c'est du vent. Du vide. Pour une fois, la frime de Scorsese fonctionne à plein.

­ A vide ou à plein ?

­ C'est pareil.

­ Et ça chante ?

­ Pas aussi bien que les personnages de David E. Kelley, évidemment.

­ Qui ?

­ Le dernier cinéaste américain, tu ne connais pas ?

­ Non.

­ La saga de Boston Public, c'est lui.

­ Mais c'est de la télé.

­ Ouvre les yeux et les oreilles, couillon. Ecoute comme ça chante.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog