segunda-feira, 24 de agosto de 2015

Celui par qui le scandale arrive

LOUIS SKORECKI 9 DÉCEMBRE 2002 À 02:03

TCM, 20 h 45.

En 1959, le cinéma prend congé. Répéter qu'il cesse d'en être, du cinéma, quand il se regarde faire. Cette année-là, Hawks, Preminger, Minnelli, grands portraitistes d'eux-mêmes, installent un je-ne-sais-quoi d'ironie, de distance, entre les histoires qu'ils ont à charge de filmer et la charge que ça représente de le faire. Il suffirait d'un rien pour que Rio Bravo, Autopsie d'un meurtre, Comme un torrent soient des parodies. John Wayne court après lui-même, se jouant de son image avec toute la lourdeur du monde, une lourdeur presque travestie, devant la caméra de Howard Hawks. Autopsie d'un meurtre tient la route grâce à l'ironie de James Stewart, aux clins d'oeil de Ben Gazzara, aux oeillades de Lee Remick. Il y a du cartoon là-dedans, du second degré, de la farce. Quant à Comme un torrent, c'est presque une opérette. Trois films sur la corde raide, témoins de la fin d'une époque : on passe du stade de la croyance à celui de la connivence. Trois ans plus tôt, avec la Prisonnière du désert, Ford avait prévu le premier l'ère du désenchantement et de la vignette filmée ; d'où le succès d'un film qu'il n'aimait pas beaucoup ­ et qu'on aimera de plus en plus.

Celui par qui le scandale arrive suit de quelques mois à peine Comme un torrent. C'est le temps du baroque et de la pacotille. Décors somptueux, gestes décomposés, travestissements d'amour. Belle occasion pour Minnelli de filmer presque trop sensuellement le corps de Robert Mitchum, auquel sa femme (Eleanor Parker) se refuse. Dans ce film à la fébrilité pixelisée, toute l'attention du cinéaste se porte sur la fureur rentrée de Mitchum, sa manière lascive de poser près de sa grande cheminée, de caresser ses chiens, d'attendre de sa femme un geste qui ne vient pas. Les décors sont juste des décors, les acteurs sont des acteurs, la caméra est une caresse. L'amour, c'est bien connu, est la salle d'attente du monde. Et chez Minnelli, on peut attendre longtemps.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog