terça-feira, 25 de agosto de 2015

La Charge fantastique

TCM, 20 h 45

Par Louis SKORECKI

Si cette chronique n'était pas devenue chroniquette, je vous dirais pourquoi on ne doit jamais dire la Charge fantastique. They Died With Their Boots On, ça a une autre allure, non? Quel était le crétin en charge de la VF? Walsh disait Ils sont morts dans leurs bottes, c'est tout. Pas le temps de défaire les lacets quand vient la mort, surtout si c'est Tourneur ou Walsh qui se tient derrière la caméra. Se tenir derrière la caméra, c'était leur métier. Plus personne ne sait se tenir. Derrière une caméra, c'est encore plus difficile.

Ça parle de quoi, ce western? De la mort. Petit «m», grand «M», comme vous voulez. La mort, vous connaissez? Bien sûr que non. Si vous me lisez, c'est que vous êtes vivant. Enfin, un peu. Et, si vous êtes vivant, vous ne savez pas ce qu'est la mort. Errol Flynn joue Custer, le tueur d'Indiens. Aryen comme pas deux, nazi comme pas deux. A croire que c'est lui qui massacrait les Peaux-Rouges portugais à la télé. Il fera sept films avec Walsh. Lourcelles : «Walsh bâtit avec Flynn une figure délibérément mythique, chargée d'exprimer son culte de l'héroïsme et des valeurs qu'il considère comme essentielles.» Il dit aussi «pathétique, ironique, cynique, ambigu, contesté». Sur le même Custer, John Ford a fait Fort Apache. Plus désabusé, aussi génial.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog