segunda-feira, 24 de agosto de 2015

Le mépris

LOUIS SKORECKI 3 DÉCEMBRE 2001 À 01:50

CRITIQUE Ciné Classics, 22 h 30.

«Les filles sont comme des fleurs», aime à répéter un ami qui s'y connaît plus en fleurs qu'en filles. Lui, c'est Godard qui le branche. Pour Godard, il ferait des folies. Déjà, il l'imite comme personne. «Sur Kaboul, il suffit de faire un plan fixe.» L'accent y est, l'idée aussi. L'idée, c'est tout Godard. Sur les idées, il est sentimental comme personne. Les sentiments et les idées, pour Godard, c'est comme un homme et une femme qui font l'amour, impossible de les séparer. Si on était trivial, on dirait que c'est comme deux chiens accrochés par la queue. C'est rentré, ça sort plus. Le Mépris, faut dire, c'est le plus sentimental des films de Godard. Une fois que c'est rentré, ça sort plus. C'est quoi une idée sentimentale? Filmer Bardot comme une pierre, aussi lisse qu'un galet, aussi nue, tout en chantant la chanson du film. Il n'y a pas de chanson dans le Mépris, le film est une chanson. Tu regardes, ça chante dans ta tête. Les refrains de Delerue, ces mélodies amoureuses qu'il tisse pour Bardot, tu les as dans la tête, tu n'arrêtes pas de les chanter. Dans la rue, dans le métro, tu chantes. Une idée sentimentale, c'est comme une chanson qui ne te lâche pas.

Les idées, dans le Mépris, il y en a ou pas? Dans la mesure où un sentiment, l'amour, le mépris, c'est une idée, il n'y a que ça, des idées. Des sentiments/idées, des blocs d'idées/sentiments, des blocs de désir. Désir à l'état pur, plus minéral qu'animal. Laisser venir la fille. Arroser l'idée, laisser pousser l'idée. Dès que la fleur pousse, avec son pistil d'idées, son pistil qui dégorge de désir, embrasser le sentiment à pleine bouche. Ne plus le lâcher, le sentiment. De toute façon, tu ne peux pas. C'est rentré, ça sort plus. Les idées de Godard, elles te baisent à tous les coups. Elles te lèchent l'âme, elles te dévorent le coeur, des décharges électriques te parcourent le corps. Le vieux Fritz Lang fait son film, toi tu bandes. BB, elle grave ses initiales sur toi. Tu chantes avec elle, tu jouis. Moins fort, ta respiration, tu n'es pas seul dans la salle. Tu mouilles maintenant, tu ne te retiens plus. Godard, il filme pour les femmes. Son idée, c'est de ne filmer que pour les femmes. Les femmes ne vont pas au cinéma, Godard le sait. Il sait que c'est le cinéma qui vient à elles. L'idée, tu vois, petit, c'est d'accueillir le film. La musique t'envahit. Tu mouilles, tu cries. Une idée/sentiment, c'est ça. C'est rentré, ça sort plus. Même un chien comprendrait.

SKORECKI Louis

Nenhum comentário:

Arquivo do blog