terça-feira, 25 de agosto de 2015

Palombella Rossa. Monte Carlo, 20h35.

04/05/1998 à 02h45

SKORECKI Louis

Comment certains films, et pas forcément ceux auxquels on s'attend,

témoignent-ils de la révolte à la fois individualiste et fortement politisée des événements de Mai 68? En voici quatre ou cinq, cette semaine, qui se laissent encore désirer, du gauchisme aquatique de Nanni Moretti aux révolutions évidemment précoces de Jean-Luc Godard, en passant par les étranges pulsions schizophrènes de Tonie Marshall et les westerns libertaires du dieu du spaghetti, Sergio Sollima. La chute, vendredi, évoquera les momies égyptiennes de Shadi Abdessalam peut-être pas si éloignées que ça des slogans de Mai. Même en VF, Palombella Rossa est un ravissement, entre délire familial et autobiographie politique fantasmée. Mais on n'y comprendra rien si on oublie les débuts, déjà anarchistes, de Nanni Moretti, allumé du super 8 écartelé entre ses désirs d'utopie tribale et son surmoi communiste, bel individualiste farouche formé à l'école des ciné-clubs et du cinéma soviétique. C'est de cette fascination contradictoire que naissent ses fables tendrement comiques, de l'autoportrait impossible en prêtre méchant (La messe est finie) aux fragments rageurs du Cher journal, en passant par les tentations freudiennes inabouties (Sogni d'Oro). Dans Palombella Rossa, Nanni Moretti s'imagine en député communiste amnésique, à la recherche d'un passé évidemment impossible à assumer. Pour un survivant écarquillé de Mai 68, encore férocement attaché aux jupes de sa mère, la métaphore est belle. Ici, l'enfant-poisson refuse de quitter l'eau de la piscine, comme un têtard attardé, pendant qu'Omar Sharif, sur écran télé, parasite avec la musique têtue du Docteur Jivago les trames célibataires de cette histoire à tâtons. A la chanson de Lara succède, dans un moment de magie pure, I'm on Fire (Bruce Springsteen sous influence Suicide), qui envahit soudain la piscine transformée en cathédrale. Nanni Moretti nage heureusement toujours trop loin. C'est un plongeur à plein temps, enfant d'une sirène et militant water-polo du temps qui passe.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog