terça-feira, 25 de agosto de 2015

Titanic.

20/11/2001 à 01h40

TF1, 20 h 55.

SKORECKI Louis

Leonardo était de mauvaise humeur. On l'avait traité de chèvre. On l'avait traité d'Alan Ladd. Il n'était pas nain, pourtant. Toutes les filles le couvaient du regard, elles rêvaient de lui donner le sein. C'était trop bête, vraiment trop bête. Un couillon et une pouffiasse se moquaient de lui et il en perdait tous ses moyens. C'était il y a trois ans, dans le sillage du fabuleux naufrage du Titanic. «The Titanic sails at dawn», chante Dylan quelque part, reprenant glorieusement le Sinking of the Titanic (Richard «Rabbit» Brown, 1927). Dylan, c'était pas son truc, à Di Caprio. Il aimait les trucs virils, les trucs enrobés. Les filles aussi, il les aimait enrobées. Quand on lui avait présenté Kate Winslett, il était devenu tout rouge. Putain, ce qu'elle était grassouillette. L'eau lui venait à la bouche, la sueur collait à sa chemise. Il aurait voulu la lécher partout. Quand il disait partout, Leonardo, c'était vraiment partout.

Qui se souvient de Leonardo Di Caprio? Les fillettes transpirent pour Jude Law ou Benicio Del Toro aujourd'hui. Elles ont une famille nombreuse aujourd'hui. Elles ne mouillent plus leurs couches-culottes pour personne, elles donnent le sein à de vrais mômes. Tu te rappelles, Dido, c'était le bon temps? Si je me rappelle, Mimi, tu veux rire? Il m'avait signé mon Tampax. Toutes les filles étaient jalouses. Surtout Lulu. Elle n'en pouvait plus, Lulu. Le Tampax, elle a essayé de le voler, tu te rappelles pas? Le soir tombait sur le siècle, Dido et Mimi vieillissaient à vue d'oeil. Le cinéma, c'était plus leur truc. Trop cher, trop loin, trop fatigant. Papa et maman étaient morts, plus d'argent de poche. Et puis, tout augmentait. C'était vraiment mieux avant, non? Elles sursautèrent. On avait frappé à la porte. C'est un Américain, il a l'air en colère, dit Lulu. Un Américain, tu te fous de ma gueule ou quoi? Non, il dit qu'il s'appelle Cameron, James Cameron. il était plutôt beau gosse, cheveux blancs et tout, l'Américain. Les mots se pressaient dans sa bouche. Il était en colère, vraiment en colère. C'est mon film d'auteur dont vous parlez comme ça? Même les chaussettes étaient d'époque, même les canapés. Et les petites culottes? dit Lulu. Elles étaient d'époque, les petites culottes? Elles pouffaient, les filles. Les pouffiasses, pensa l'Américain. Même pas fichues de reconnaître la grandeur épique de l'Amérique, le tragique de l'Amérique. Et la lutte des classes? Tu veux pas aussi un nuage de lutte des classes dans ton café? Il disait pas non, Cameron. Il disait pas non.

Nenhum comentário:

Arquivo do blog